C’est en écrivant
Hamelin

lire ici :

http://www.perrochaudsaffiche.fr/portfolio/hamelin/

que j’ai eu l’idée de cette
Madame Flore
qui pourrait avec ses mots de vieille tenancière de bordel, décrire l’horreur des camps.

Le décor de cette ancienne maison, je le connaissais, j’y suis né !

Mon père qui débarquait de la Vendée voisine via le Service du Travail Obligatoire (STO) de Dortmund a trouvé un appartement bien comme il faut dans le centre ville de Nantes. Rue Marivaux ! Une aubaine.

Il suffisait juste de remonter un mur écroulé par le souffle des bombardements, poser une fenêtre là où il y avait un trou et donner un coup de balai pour enlever une tonne de gravats. Et chasser les rats, les puces et les punaises…

Il fit venir ma mère qui pleura toute une semaine !

 

 

 

 

 

 

 

Mon père savait tenir un équilibre sur les mains

Mon père savait tenir un équilibre sur les mains

Ma mère, elle, savait faire le pont…

en noir et blanc

pont

ou en couleur

Ma mère, elle, savait faire le pont...

 

 

 

 

Ils ont donc décidé de faire un enfant…

Ils ont donc décidé de faire un enfant...

 

 

 

Plus tard ils se sont rendus compte qu’ils avaient fait un enfant dans un lupanar sordide, encore habité par d’anciennes dames de salon, des Lolo, des Huguette, des Margot, des Madame Flore qui pour la plupart furent tondues à la libération…

 

 

Cette histoire je la raconte dans
Les mémoires de Madame Flore

Cette histoire commence comme ça

Les roses blanches se ramassent à la pelle.

 

Tu vois je n’ai pas oublié !
En ce temps là, la vie était si…
En ce temps là
La vie était si…

 

 

 

 

Je destinais ce texte au théâtre.
Puis à la lecture radiophonique.
J’entendais Suzanne Flon dans ma tête me lire cette histoire.
Elle nous a fait faux-bond cette Suzanne !
J’ai voulu vérifier l’écoute d’une lecture publique,
j’ai invité Nicole Turpin, merveilleuse comédienne, à nous lire en public le texte…

 Nicole Turpin pendant une lecture publique de Madame Flore.

ob_7870f877262a531293e232a1fcc3657a_2008-0106lecture0005

Magnifique lecture.

Évidemment après les lectures on me demandait si le texte avait été édité,
évidemment…

 

 

Alors, un jour j’ai pris la décision d’éditer ce texte !

Donc pour la suite il suffit de lire le bouquin !
Sa couverture…

 

Et sa 4ème de couv’

Comme on disait avant…

Pour commander le livre et me payer des droits d’auteur au soleil

c’est ici :

https://www.edilivre.com/les-devoirs-de-memoire-de-madame-flore-27d7329386.html

Sur le site de ÉDILIVRE on peut lire le début
et moi je raconte la fin…

Le bouquin se termine avec Olga
qui est le personnage central de cette histoire…

 

 

Je n’ai pas entendu Olga dans les escaliers ?
Olga ? Olgaaaaaa. Je ne dors pas.

Je fais nos devoirs de mémoires. Viens Olga, viens. J’ai tant et tant à te raconter. Je sais, oui, et que je te ressasse et que je te ressasse. Je suis fatigante.
Olga ?

Le jour ou je t’ai dit qu’il ne fallait plus avoir peur. Que tout est fini et qu’avec les guerres modernes de maintenant, rien ne serait plus comme avant. Tu m’avais répondu avec ton petit accent, que les guerres se terminent toujours avec des couteaux, des rasoirs, des ongles, des dents. Et des sexes violemment enfoncés dans le ventre des femmes.

Je t’ai prise dans mes bras et embrassé le bout de ton nez, que tu avais très froid.

Olga ? Olgaaaaaaa ?

Pour ne pas ouvrir ma porte… elle doit croire que je suis morte !

 

 

 

 

 

> 19 Les roses blanches se ramassent à la pelle...

 

Pour Véra G. Rescapée.
Elle a toujours eu peur d’ennuyer ses voisins avec ses histoires.
Elle s’excusait beaucoup et se demandait
qui pourrait bien croire l’incroyable.
Je l’ai cru. J’étais jeune enfant.
Depuis, j’ai lu Primo Lévi.

 

 

Je termine par une critique reçue par une lectrice
adorable puisque c’est une bonne critique…

 

« Un petit bijou. Très émue par sa lecture, je ne peux que vous inviter à le commander.
Du Monsieur Perrochaud (alias SAKADO), ou l’art de traiter en profondeur des sujets douloureux, délicats,
en faisant de la poésie, l’air de rien. J’ai a-do-ré. Point. »

 

https://www.edilivre.com/les-devoirs-de-memoire-de-madame-…/

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *